C : Candidat, ate

Candidat, ate, nom d’une personne qui postule à une fonction, à une responsabilité ou qui va passer un examen afin de pouvoir briguer l’exercice d’une charge. L’adjectif candide est la source de la dénomination, parce que le postulant – sous l’empire romain- devait revêtir un vêtement blanc (toga candida) éclatant comme la lumière de la neige ou celle des étoiles. Je me suis laissé lire que les candidats se mettaient à nettoyer leur vêtement à la craie blanche afin de peaufiner, avant l’examen, la blancheur de leur apparence. Le féminin est récent, on dit encore : « Une telle se porte candidat à telle responsabilité ! » Candide a fini par prendre la couleur, si on ose dire, de l’innocence, de l’inexpérience, voire de la naïveté. Il ne faut pas oublier cependant que la limpidité et l’éclat sont les atouts des candidats et des candidates.

Le métier des ressources humaines semble surtout consister à trier, à recevoir et à évaluer des candidats. Si vous réalisez ce métier en professionnel accompli, vous risquez de passer à côté. En effet, le rôle du candidat, consiste à jouer au candidat. Donc, il se revêt de la lumière et de l’éclat attendus. S’il est bon, il risque donc de vous aveugler. Donc votre métier finit par vous forcer à éviter de vous faire blanchir et à inscrire, a priori, une méfiance devant la brillance des réponses. Chez certains recruteurs cela pourrait aller jusqu’à déclencher une abrasive agressivité dans des questions pernicieuses voire perverses. Pourquoi ne pas aller au-delà du vêtement et de la posture examinateur-examiné en essayant de créer une relation dans laquelle le jeu des miroirs étincelants s’efface au profit d’une relation vraie ?

Souvent, vis-à-vis d’un candidat, les leaders ne peuvent s’empêcher de faire de la surenchère dans la brillance du discours. Ils parlent, pérorent et paradent comme dans une danse de séduction. Ils veulent se montrer beau et faire la place belle pour le candidat désiré. Ils n’écoutent que leur absence d’écoute. Ils s’expriment tellement bien qu’ils finissent par donner une bonne évaluation au candidat : leur moi-référentiel devient l’outil de jugement plaqué sur autrui. Sauront-ils déshabiller la prestance afin de rendre accessible, de part et d’autre, un partenariat possible ?

L’essentiel du risque management humain réside dans le processus de recrutement. Le soin, l’attention, le professionnalisme, l’humanité et une belle dose de ruse amusée, devrait empêcher les jeux des candidats de vous tromper. A votre tour, ne survendez pas le défi professionnel : un candidat, fut-il très candide, est un futur membre de votre entité, donc un égal, quel que soit son titre, vous lui devez d’être vrai. Les coûts des recrutements erronés sont les coûts les plus cachés d’une entreprise.

Candidement signifie aussi agir avec bienveillance et sincérité. Essayons de passer de « l’entretien – examen » à l’accueil simple d’une personne et d’un projet professionnel, partageons nos préoccupations réciproques dans une analyse profonde des potentialités à échanger. Tout le reste fait partie d’un jeu de rôles avec des personnages en costume de clown blanc.

Taille de la police:

Articles