K : Kaléidoscope

Kaléidoscope : nom masculin. Instrument de forme cylindrique s’adaptant à l’œil pour lui donner à voir, par rotations de la main sur une sorte de roulette, des prismes de verres de couleurs différentes dans d’infinis jeux de miroir. A été à la mode dès les années 1820. Victor Hugo en fait mention comme le gadget de l’année 1823 ! Le kaléidoscope a été créé par D. Brewster, un britannique. Sa signification donnée en grec ancien par son créateur: belle image, beaux aspects à regarder. Les changements incessants permettent de faire tourner la métaphore autour de la variation infinie, les sensations oculaires étant suscitées par un défilé surprenant, facile et rapide.

Les combinaisons du kaléidoscope sont nombreuses, certes, mais notre discernement – qui devrait donc regarder les aspects de ce qui est beau – peut-il échapper aux prismes de nos prévisions et de nos préjugés ? Les sensations avivées par des vues multiples permettent-elles d’ouvrir les deux yeux ? La beauté, mécaniquement construite, par nos processus et critères, donne-t-elle la chance de vraiment considérer l’autre ? En matière de ressources humaines, nous aimons fabriquer et utiliser des kaléidoscopes : questionnaires, tests, statistiques, référentiels, entretiens structurés, tout cela nous fournit des éclairages multiples. Attention à ce que cela ne soit pas une façon de se divertir (= se détourner) de la réalité du regard ouvert et vrai. Il faudrait, pour une personne en charge des humains qui ont des ressources, laisser, de temps à autre, son kaléidoscope dans un improbable tiroir.

Les kaléidoscopes du leadership sont très nombreux. Dans les programmes de formation, dans les outils et les comportements préconisés, il doit y avoir des étagères hautes et larges pleines de kaléidoscopes pour leaders en puissance. Leurs formes pourraient être détournées pour offrir des nuances autres que grises. Ces petits engins sont « customisés », il servent de lorgnette pour un leader qui veut voir ce qu’il a envie de voir ou pas. Comme le sage finit par devoir se libérer de son chemin de libération, un leader jouissif ne devrait-il pas jeter les kaléidoscopes qui ont trop servis ?

Le kaléidoscope a tendance à se rigidifier dans l’exercice du risque management humain. Les aspects multiples, les combinaisons presque infinies sont fortement limitées par l’aversion aux risques. Les couleurs sont affadies voire exclues, le noir et blanc sont de mise et les facettes des miroirs sont sans tain. La sécurité réclame l’identification simple des personnes donc l’efflorescence des potentialités est jugulée. Au contraire des leaders et des RH, les responsables de la sécurité du personnel devraient se fournir en différents kaléidoscopes, histoire de multiplier les regards sur tous les beaux aspects des humains.

Peut-être, sur le parcours d’une prochaine brocante, laissez votre flânerie redécouvrir un kaléidoscope. Prenez-le entre vos mains, portez- le à hauteur de votre œil droit. Jouez. Inutile de l’acheter : le grenier de votre cerveau en recèle sûrement plusieurs. Si cela n’est pas le cas : consultez vite votre Iphone, un vrai et dangereux kaléidoscope augmenté !

Taille de la police:

Articles