U : Utile

Utile : adj. : qui peut servir à une action, à un projet. Qui est attribué à une personne qui se rend nécessaire, voire indispensable, qui offre une capacité précieuse. Cet adjectif puise dans la racine latine de utilis, de uti, servir, se servir de, qui sert. L’idée est que l’usage utile procure un avantage pratique à quelqu’un ou à quelque chose. Il s’agit du contraire de ne valoir rien, donc utile est lié à la notion de profitabilité de faire valoir plus. S’applique aux personnes lorsqu’elles se rendent utiles avec des résultats probants. Cela peut aussi concerner les journées lorsque celles-ci permettent un labeur productif. Ce qui a donné l’expression : en temps utile, donc dans un temps qui sert à quelque-chose. Il se peut que l’action soit caractérisée par son caractère efficace : voter utile, faire une réunion utile. Personnellement, je distingue la notion d’être utile et d’être utilisé. Utile, parce qu’il est apporté une forte valeur ajoutée profitable, lorsque de grands services sont rendus. Utilisé(e), parce que la personne accomplit ce qui lui est demandé, sans plus.

Les ressources humaines sont-elles utiles, au sens d’offrir des services indispensables, nécessaires, avantageux, précieux, profitables, à forte valeur ajoutée ? Ont-elles une faculté d’anticipation, de réalisation surprenante dans des conseils en organisation, dans des recrutements hautement pertinents, dans l’établissement d’indicateurs fiables et comparables ? Osent-elles l’interpellation qui dérange mais qui va permettre de progresser de manière significative dans des projets nouveaux ou dans la résolution de problèmes humains et organisationnels compliqués ? Ou bien : les ressources humaines sont-elles utilisées comme une logistique huilée qui fait ce qu’on leur dit de faire et ce que le droit du travail et la contrainte contractuelle leur imposent de réaliser ? Un curseur à trouver : est-ce que je suis à 80 % utile et à 20% utilisé ou l’inverse ? Si je suis utilisé à 90 %, il n’y a pas de jugement. Juste de le savoir.

Les leaders-managers sont-ils utiles ou utilisés par le système hiérarchique qui les contraint de fixer des objectifs, d’en contrôler les résultats et de manager les personnes en mode de performances à réaliser ?
Ont-ils (elles) assez d’imagination utile pour challenger le système en place et le provoquer afin de montrer la puissante valeur des personnes et des projets ? Ont-ils (elles) l’utile malice stratégique pour bricoler des solutions originales non attendues mais pouvant déboucher sur des solutions probantes et avantageuses ? Il y a des hiérarchies de managers-leaders qui sont utiles, certes, mais leur superposition multiples font, finalement, qu’ils gèrent leur propre inutilité en étant, en plus, utilisés tout en ne permettant pas aux personnes qui leur sont confiées d’être utiles !

Les risk-managers ne sont pas utiles. Ils contrôlent l’utilisation correcte de tout ce qui est utilisé. Ces personnes sont utilisées par le système pour que les initiatives utiles soient utilisées sans risques. Ils veillent à ce que le travail utile et profitable soit cadré et mis en processus. Il faut se demander si ces professions ne seraient pas à la chasse de toute initiative utile.

Tracez une ligne en 0 et 100. Mettez votre curseur à l’endroit où vous vous percevez utile. Si votre pourcentage est en dessous de 30 %, c’est quoi votre futur défi professionnel ?

Taille de la police:

Articles